Autriche - 22/11/2002

 

Deux belles surprises entre Bienne et Dornbirn!!

La route :


Après avoir quitté les élèves de Bienne (j´étais très ému), j’ai pris la direction de Genève et je suis revenu en France (à Morzine), j’y ai fais une surprise à Sylvie Ledieu, une enseignante que j’avais eu en français en 6ème ... Ensuite, je suis repassé á Genève pour vivre 2 jours dans une école du cirque dont j’avais entendu parler en France (pour la voir et y rencontrer les élèves). Enfin, j’ai traversé la Suisse en passant par Bern et Zurich pour atteindre l’Autriche. Je suis actuellement à Dornbirn en Autriche, j’y fais une petite halte surprise chez Eric , un correspondant chez qui j’étais venu quand j’avais 13 ans (en 4ème) et dont j’avais perdu le contact, mais pas l’adresse…

Le pays :


La température s’est un peu refroidie (5° le matin) et la neige, sur les montagnes, fait désormais partie du paysage quotidien. Il vous semble peut-être que je me déplace sans problème, disons que chaque nouvelle rencontre, comme par magie, me fait oublier l´attente qui la précède. Je remarque que les Suisses, (comme les espagnols) ne s´arrêtent pas souvent pour me prendre en stop, je pense que beaucoup d´entre eux sont méfiants, ils ne veulent pas prendre le "risque" de faire monter un étranger dans leur voiture. Heureusement pour mon aventure, certains s’arrêtent encore, mais ce sont surtout les étrangers qui partagent un « bout de route » avec moi ( en suisse, j’ai été pris en stop par des Allemands, Kosovars, Albanais, Macédoniens, libanais, Autrichiens, Kurdes). A chaque fois on parle de leurs pays, de leur vision de leur pays d’accueil). Les discussions se font souvent en anglais et en allemand (avec ceux qui ne parlent pas anglais).

Échange :

Avec Sylvie à Morzine, nous avons improvisé un emploi du temps pour 2 demi-journées "spéciales" pendant lesquelles son ancien élève a pu transmettre un peu de culture Bretonne et artistique à ses élèves.

Actuellement, ce sont des élèves de 16 á 21 ans (étudiant le français) du Lycée de Dorbirn qui chantent des chants de marins et dansent l’andro.

Je me rends compte qu´à travers une chanson (et le vocabulaire employé), on peut enseigner beaucoup de sa culture

Anecdotes :


-Ici, pas de problème de température pour conserver mon fromage, jambon, beurre au frais dans mon sac à dos (ce n´était pas le cas en Andalousie lors de précédents voyages)

-A Morzine, j´ai « vibré » avant de revoir Sylvie à la sortie de son école car, je savais qu´elle se rappellerai beaucoup de souvenirs en me revoyant (même si, après 14 ans elle m´avait oublié). Ensuite, cela m´a fait tout drôle d´enseigner quelque chose aux élèves de nom ancienne prof.

-L’atmosphère (entre-aide, convivialité, joie ) qui régnait dans l’école du cirque de Genève et que j’ai pu partager.

-Ecouter chanter « Le corsaire de St Malo » avec l’accent allemand des élèves de Dornbirn et apprendre leur chanson du Vorarlberg.

-Dialogue avec un conducteur en allemand ( ça arrive aussi, mais c’est plutôt rare):

- Tu veux écouter une cassette de musique de ma région, de la musique Bretonne?

- Non.

-.... (kein problem)

-Je suis parfois obligé de choisir mon itinéraire en fonction de l’état des routes (en Suisse, à cause de l’enneigement, certaines routes (à plus de 2000m d’altitude) sont fermées.

-J’ai déjà refusé 2 ou 3 fois de l´argent que l’on voulait m´offrir pour encourager mon projet (soit de la part d´un conducteur, soit de la part d’un enseignant). Quand certaines personnes n’ont pas de temps, elles donnent de l’argent... Je leur ai dis que j’accepte volontiers de partager un repas, que l’on me permette de me connecter à Internet, que l’on m’apprenne une chanson mais pas d’argent, cela n’a aucune saveur… J’ai la chance d’avoir économisé suffisamment d’argent pour mon voyage alors, je veux simplement vivre en partageant des moments d’échange avec les personnes qui en ont le temps et l’envie, dans ces moments, la notion d´argent n’a pas sa place...

Bon je vous laisse,

 

Je ne sais pas encore quelle sera la prochaine frontière traversée mais je doit encore participer à une soirée crêpes et perfectionner ma valse avant de continuer.