Syrie - 4/04/2008

Leçon d'hospitalité en Syrie

Dans chaque pays, j'ai rencontré des gens chaleureux, c'est la grande leçon de ce voyage, mais en Syrie, cette hospitalité prend des proportions incroyables :


En campagne, presque chaque personne que je rencontre veut m'offrir l'hospitalité. Et je dois accepter, sinon, je les vexe...

Les invitations au thé au bord des routes m'empêchent d'avancer (heureusement le pays est petit), il y a un jour où j'ai bu 17 verres de thé. Je suis bien hydraté, c'est sûr! Les repas et les invitations à loger chez l'habitant sont nombreux. Un soir, je suis embêté car tois familles veulent m'avoir chez eux... je dois donc séparer la soirée en trois: le repas, le thé et le sommeil...


Cette hospitalité devient gênante car les gens ne sont pas riches, ils sont juste généreux. ll me disent qu'ils respectent juste les enseignements de l'Islam, du Coran.

 

Je ne pose pas de question sur le régime politique du pays, je sais qu'il n'y a pas de liberté d'expression en Syrie, cela ne mempêche pas de sentir la population heureuse (selon eux, c'est ainsi qu'était l'Irak avant l'arrivée des américains. Les gens me disent, nous ne sommes pas fait pour la démocratie, toutes les religions sont présentes ici, il faut qu'il y ait un régime autoritaire pour que les gens ne luttent pas entre eux pour le pouvoir... Pour qu'ils s'entre-aident.
Intéressant...

Echange:
Dans une école, la prof de musique sort son accordéon pour accompagner la chanson arabe que jouent les élèves... Un reste de la colonisation française. Quel beau morceau, je suis aux anges!!!
Je rencontre l'association Terre des hommes qui aide les enfants et adultes handicapés en fabriquant des prothèses... Un lieu où s’exprime l’amour des humains les uns envers les autres...
Ces gens qui donnent leur énergie, leur vie pour le bien-être des autres sans rien attendre en retour sont des exemples pour l'humanité...  
Je passe quelques heures auprès d'enfants Irakiens, et suis témoin des conséquences de la guerre sur les populations... Le fait que je parle anglais déchenche quelques pleurs... Il ne reste plus qu'à aider l'enfant à surmonter son traumatisme...

La guerre, la chose la plus absurde au monde...

Messieurs les présidents, arrêtez juste la fabrication d'armes. Cherchez à développer une autre économie, un commerce équitable... Où l'on n'ait pas besoin de profiter de pays pauvre, du pays qui fait travailler les enfants pour produire à moindre coût et être compétitif...
Avant qu'il ne soit trop tard, pour la planète,
pour les enfants de l'homme,
Pour vos enfants!
J'ai fait un rêve, le rêve que l'on instaurait un salaire maximum, une richesse maximale, juste pour aider l'homme à se satisfaire de ce qu'il a, j'ai fait le rêve qu'on l'aidait en l'empêchant d'avoir trop et d'en vouloir toujours plus, ainsi il s'intéresserait au sens réel de la vie qui est de prendre soin des autres...
J'ai fais un rêve, et je me suis réveillé...