Australie - 10/12/2007

A la rencontre du peuple australien

Voici quelques images d'une belle rencontre à Brisbane : un couple de musiciens passionnés de musique bretonneés de musique bretonne. Chants, danses, musique, contes... Ils m'aide à reprendre les forces nécessaires pour reprendre la route. Un magnifique et chaleureux accueil au bout du monde...

Quelques jours à Brisbane m'ont permis de reprendre des forces après cette traversée, de récupérer quelques paires de lentilles pour continuer (à être ébloui), mais surtout, de faire de belles rencontres ( australiens, anglais, français).

La première femme qui me prend en stop me dit :

"Carry on enjoying life, it is not a practice one..."
"Continue d'apprécier la vie, cette vie n'est pas un entraînement..."


Cela démarre bien.

A Brisbane, je suis même invité 4 jours à l'avance dans une famille en tant que troubadour ( je reçois un repas et un toit en échange de contes et de jonglage, la soirée est belle):

I
nviter un troubadour pour la soirée, à l'approche de Noêl, voila un beau concept.

J'ai décidé de traverser l'Australie jusqu'à Perth en évitant les grandes villes et en passant par le Nord. Je ne prends pas de carte pour éviter d'être effrayé par les distances. L'auto-stop a une très mauvaise réputation ( la télévision est passée par là), mais être pris en stop n'est pas difficile. Je dois juste enlever mon chapeau et mes lunettes pour sourire au conducteur.

 

Ce pays :

 


Immense. 1200 kilomètres sans voir une habitation... Cela ne m’était jamais arrivé...
95% de la population habite sur la côte. De nombreux kangourous morts jonchent les bords des routes ( ils viennent y manger les herbes vertes qui y poussent) et sautent devant les voitures!!!

Les aborigènes : Perdus dans une société qui ne leur convient pas??? Les décisions politiques ne semblent pas améliorer leur situation. Leur vie nomade ne pouvait plus cohabiter avec la vie "moderne"... Ils ont été parqués dans des "réserves" où ils reçoivent de l'argent sans rien redonner en échange... L'alcool et les machines à sous semblent être les principales occupation d'une majorité... triste réalité. Je les trouve très violents entre eux. ( 50 officiers de police dans un village pour une population de 500 habitants)... Ils parlent encore leur langue mais ne la partagent pas avec les blancs. Certains adolescents ont un portable et utilisent internet mais vont chasser et pratiquent des rituels ancestraux. 


Quelques sages aborigènes me font comprendre qu'ils ont juste des valeurs différentes ( leurs valeurs) et les blancs n'ont jamais respecté cela ( Vie en groupe, pas de notion de propriété, respect de la terre ( ne pas couper les arbres). . Les blancs, par leurs actions font plus de mal que de bien à la communauté aborigène.
L'établissement des européens est considéré comme une invasion par les aborigènes.    

 

Echanges :

 

Comme d'habitude... Je prends toujours autant de plaisir à conter et animer...


 

Anecdotes :

 


- Premier jour de stop: Je suis pris par des tueurs de kangourous. C'est leur travail, la viande de kangourou est très appréciée. Ils ne les tuent que s'ils pèsent plus de 15 kilogrammes, certains pèsent 70 kilogrammes.


- Rencontre avec des kangourous, des émeus, des lézards de différents sortes. ( Toujours pas de serpent, crocodile, requin et méduse mortelle comme on m'avait annoncé!!)


- Tom, un retraité qui se prépare pour un tour de son pays dans un bus aménagé m'héberge pendant deux jours.
- Une réflexion d'un élève d'un lycée: " Qu'est ce que j'en ai a faire de ce qui se passe dans les autres pays, du moment que cela ne nous affecte pas..." Le pense t-il vraiment? Il vit dans une ville minière de 10000 habitants à 500 kilomètres du village le plus proche, son premier emploi ( vers 19 ans lui offrira un salaire de 2500 euros par mois, alors il achètera une belle voiture, comme les autres)... Le manque d'ouverture ( donc de curiosité) est un vrai problème quand on vit isolé... 


- Pris en stop par des voyageurs suisses, je fais 500 kilomètres avec eux. Une d'entre eux vit à Bienne, la première école où je m'étais arrêté en 2002 lors du premier voyage, je lui donne une mission ( dire bonjour à Michel de ma part)


- dans une voiture, le chauffeur se met à jouer de l'armonica tandis que je joue de la flûte!!!
- Un routier, apprenant que je joue de la flûte s'arrête 30 minutes, il sort sa guitare et nous partageons un moment musical en regardant le coucher de soleil. Combien de routiers sur terre feraient cela??


- Je dors dans un bateau au milieu du désert. Un routier me transporte vers l'Ouest.


A l'arrivée, après 7800 kilomètres, l'Australie est traversée!
Ouf, cela a été dur, mais j'y suis... Perth!!!


En attendant de trouver un moyen pour poursuivre la route ( traverser l'océan, je fais de très belles et surprenantes rencontres à Perth:


U
n beau moment de ressourcement : Quelques jours dans un monastère bouddhiste

Un 4ème continent traversé en auto-stop.