Traversée - 31/10/2007

 

Comme dit ma grand mère : même si cela ne va pas bien, il faut faire que ça aille quand même !

 


Que dire... Après 7 jours de mer, le plus dur semble passé, pour un baptême de mer, c’est un baptême de mer ( je n`ai pas été malade : heureusement). Une traversée en mer de Tasmanie et dans le Pacifique sud, c`est vraiment quelque chose à vivre (cela n`a rien à voir avec une journée en mer à la pêche aux maquereaux avec Manuel Quéinnec dans la baie de Morlaix).


Y`a les côtés difficiles : le tangage constant, toujours se tenir quelque part pour ne pas tomber (les abdos travaillent fort), essayer de dormir en bougeant, assurer ses heures de surveillance (8 par 24 heures), dont un 2 heures-6 heures du matin qui est parfois dur à apprécier... mais il y a aussi les bons cotés : l`immensité de l`Océan, les énormes vagues, la visite des albatros, des poissons volants, les nuits sous les étoiles, sous la lune, dans le gros temps, être seul au milieu de l`immensité... On n`est pas vraiment rien, mais on est vraiment pas grand chose... Bons moments quand même : les bons petits repas que préparent mon équipière et mon capitaine. Et quand Chantal se met à jouer des cuillères, on oublie presque que l`on est en mer.
Je dois avouer que Jean François et Chantal sont deux anges qui veillent sur leur apprenti matelot. Je fais ce que je peux pour être utile : je tire sur les cordes et ma spécialité : c`est la vaisselle à l`eau de mer ( pour économiser l`eau douce) !


Dans 4 ou 5 jours, nous devrions apercevoir les côtes de l`Australie, ce devrait être un grand moment (terre en vue mon capitaine !!! ). En attendant de reprendre ma place au bord des routes et dans les écoles, je vais me laisser porter par le vent dans les voiles du Rabaska...

Le voilier stop !