Guyana - 19/04/2007

Le Guyana

 

Entrer dans un pays dont on ne connaît rien, c'est quelque chose de fascinant. On est dans la situation d'un bébé, d'un enfant qui explore son environnement...

Une semaine plus tard, j'ai tellement à dire sur ce pays...

Je me suis remis à parler anglais. Je suis allé à l'école. Je me suis cru en Afrique... Tous les gens du village et de l'école étaient noirs ébène... Quelle différence après les pays latinos américains...

 

Pourquoi?


Ici, on est dans une ancienne colonie anglaise. Les anglais ont amené des esclaves d'Afrique (c'est dans un village d'ex africains que je suis arrivé), des Indous d'Inde, des Amérindiens, des Brésiliens sont là  aussi, des portugais sont également venus...

Quel sacré mélange...


Et comment font-ils pour s'entendre?


Tous s'entendent... A part, au moment des élections où il y a des tensions entre les différents groupes ethniques ( beaucoup votent selon la couleur, pas pour les idées).

J'ai assisté à une conférence sur l'abolition de l'esclavage... J'étais le seul blanc à écouter. J'ai pris des notes. Ce qui est resté après l'esclavage : des gens déracinés, arrachés à leurs villages, un sentiment d'inégalité de races qui persiste encore de nos jours, une hiérarchie en Afrique où des chefs de village vendaient leurs villageois...

 

Echange :


La cuisine est le meilleur exemple de partage. Les Indous cuisinent africain, les Africains cuisinent amérindien ou indou...

 

Anecdotes :

- Un Indou de 67 ans (ici il n'y a pas de retraite)  a fermé sa boutique pendant 36h pour être mon hôte, me montrer les rizières, les usines de préparation du riz, sa famille. Il m'a dit: " Action is my duty, reward isn't my concern"

- Un Rastaman au volant de son camion me dit : « ici, tout le monde peut manger à sa faim, la drogue est le problème à la base de la criminalité, du besoin d'argent. » Keep peace man !

- Les gens m'arrêtent pour savoir d'où je viens, où je vais. Un homme me demande si je marche pour la paix ?

- En traversant la forêt, j'ai ressenti son énergie, sa force. Les arbres sont énormes, couverts de mousse très ancienne. Une partie de pays est un parc naturel.

 

Je rêvais de voir l'Amazonie depuis que j'avais 10 ans, je ne peux vous décrire les émotions provoquées par la réalisation d'un rêve d'enfance, un rêve que l'on met 20 ans à réaliser... C'est une sensation qui touche au coeur, au corps, à l'esprit, quelque chose qui restera à jamais présent...