Salvador - 27/02/2007

Court mais intense

 

Les mexicains me racontaient que le Salvador avait "vendu son âme au diable". En effet, depuis 2001, le Salvador a accepté la monnaie américaine, le dollar. Tous les gens s´en plaignent. Les prix ont augmenté, mais pas les salaires. Tous regrettent, sauf un ou deux qui étaient déjà riches avant et qui, grâce à ce changement, se sont à nouveau enrichis...


- Visite d’un lieu où l´on recueille des personnes âgées dont personne ne peut ou veut s´occuper. Chez nous cela s´appelle des maisons de retraite. Ici, la retraite n´existe pas. Ce sont des religieuses qui s´en occupent. Au début, ils ont quelques visites, mais rapidement, ils sont oubliés de leur famille. Jonglage, chants, contes discussions les font sourire pendant quelques heures. Ils ont des histoires très dures à partager. La guerre ( subventionnée par les pays riches) a fait beaucoup souffrir, une femme me raconte qu´elle a perdu 4 fils et son mari...

- En une matinée dans une école, j´apprends conte, chant, danses, recettes du Salvador.

- Nuit dans une cabane chez un ermite qui savoure les petites choses de la vie. Une bougie, un café ( fait avec du mais), une chanson, le chant de la forêt la nuit.

- Il y a de moins en moins de voitures particulières, mais grâce aux chauffeurs routiers, je poursuis ma route en auto-stop et à pied.


Hasta luego,


Sam