Mai 2017 : Vers l'ouest Canadien / To the west of Canada

Mai 2017 : poursuivre vers l'ouest Canadien

Apres ces longues semaines de ressourcement francophone, je me sens rempli de l'accueil merveilleux et de l'attention reçus, beaucoup de belles retrouvailles, de belles rencontres qui m'encouragent dans ce projet nomade...

Une rencontre me touche particulièrement par son énergie, il s'agit d un groupe du projetJe prends ma place, au centre Louis Joliette de Québec, ces musiciens m'offrent un très beau morceau de musique : 

 

 

 

Me voici prêt à poursuivre vers l'inconnu... Les réserves autochtones seront les premiers lieux ou je vais aller offrir les contes, chants et danses...

Je passe de beaux moments a Obedjiwan, je suis accueilli dans les familles et dans les écoles.

Les contes passionnent les enfants. L'écoute que je recois est très intense.

Ici, les enfants sont francophones. Un groupe d'enfants me chantent une chanson en Atikamek, leur langue qu'ils parlent encore couramment.

Un des élève de la classe a participé au concours de danse du pow wow de l'an passé :

https://www.youtube.com/watch?v=kchWRKNREQ8

Je suis touché par ces jeunes qui retrouvent peu a peu une fierté d'avoir une riche culture...

A la maison de retraite, je partage chants, contes et danse avec des ainés qui ont conservés un grand sens de l'humour malgré un vie qui n'a pas été facile...

Une petite rencontre d'auto-stop au bord du chemin avec un ours brun...

Une video qui montre que les autochtones nord-améericains gardent la fierté culturelle de leur riche culture :

https://www.youtube.com/watch?v=M_ZW3fasx-E

Je poursuis ma route vers l'Abitibi et l'Ontario...

Les rencontres se suivent et, lorsque les intempéries ou la fatigue se mettent sur mon chemin, une petite pensée vers mes amis réfugiés qui ont fuit les conflits ( soudanais, syriens...) me redonne la force de poursuivre... Ce que je fais est tellement facile compare a ce qu'ils ont enduré et continuent de vivre au quotidien...

Nadege, originaire du burkina Faso m'explique que ce que le monde moderne a le plus brisé en Afrique, c'est l'histoire de ses hommes, les griots, porteurs sédentaires de la tradition orale ne sont plus écoute, on ne transmet plus cette tradition millénaire...

Les conteurs qui passaient des les villages ont été remplacés par les télévisions... Elle se souvient de celui qui passait chez sa grand mere, il faillait lui donner une histoire et l'hospitalité en échange de ce qu'il apportait... Elle insiste pour que son fils rencontre lui aussi un conteur voyageur...

Les nuit sont encore fraiche, j'en passe une nuit au chaud dans une étable, de mon lit de paille, allongé dans mon lit de paille, je peux caresse mon voisin d'un soir...

Je poursuis ma route, dernierement, je suis allé conter dans 9 réserves ( mic mac, innu, atikamek,  algonquin, cree, odjibwe...)

partout, je suis bien accueilli et offre les contes...

Les autochtones sont d'une grande gentillesse, d'une belle sincérité, d'une grande sagesse.

Oui, ils sont differents des descendants des européens dans leur facon de penser et de vivre et ne veulent et ne pourront jamais leur ressembler ( d'ailleurs c'est mieux ainsi pour notre pauvre planete terre). Peu a peu, certains a qui on a donne du pouvoir et de l'argent se comportent malheureusement comme leur oppresseurs...

je nai pas envie de parler du passé, de répéter les stupidités que j'entends parfois aupres des descendants des colonisateurs..

Hier, la seule chanson que pouvaient me chanter les enfants odjibwé dans leur langue autochtone était "Oh Canada", l'hymne national des gens qui les ont dépossédé de leur langue... 

Partout, mon coeur se charge d empathie qui parfois se transforme en tristesse, parfois en colere, mais je fais la paix en comprenant que l'unique changement que je peux apporter est dans les partages du présent...

tiens, j ai rencontrer ce cinéaste kévin papatie, il est une belle source d'inspiration pour les jeunes de sa communauté. 

http://www.wapikoni.ca/films/lamendement-abinodjic-madjinakini

http://www.wapikoni.ca/films/wabak

Il répond a mes quatre questions :

Je rencontre aussi Barbara, Sidkanazi weawose "yellow bird good woman", son nom autochtone sioux, elle m'inspire par sa sagesse, son enthousiasme et sa sérénité.

 

Les jeunes de l'ecole m'offrent un chant de leur composition :

Chaque soir, je recois un accueil qui me permet de me reposer :

Retrouvailles avec la famille de Micheline a Dryden ( rencontree en 2003 lors de mon premier grand voyage)

Rencontre au bord de la route, symbole d'un voyageur qui avance tranquillement :

19 juin 2017 : arrivee chez les Haidas sur l ile de Haida Gwaii