4 questions posées à la jungle de calais - 4 questions in a refugie camp in France

J'ai décidé de poser à la jungle de Calais les 4 questions que je posais dans mes voyages ( je les ai posées aux migrants, aux

bénévoles, aux riverains calaisiens et aux forces de l'ordre. J'ai juste changé l'ordre en posant d'abord la seconde question. En voici les réponses :

I have decided to ask in Calais the 4 questions ( to refugies, helpers, local people, police...) I start with the second question. Here are the aswers :


2/ Qu'est ce qui est spécial dans la région ou le pays où tu vis ?

3/ Qu'est-ce que tu aimerais voir changer ou s'améliorer dans le monde ?

4/ Décris un endroit ou un moment où tu te sens heureux ?

1/ Qui es-tu ?

2/ What is special in the area or the country where you live ?

3/ What would you like to see changing or improving in the world ?

4/ Describe a very special place or moment in which you feel happy ?

1/ Who are you?

2/Je suis heureuse de vivre dans cette ville ou les gens sont ouvert et ou on trouve beaucoup de verdure, surtout ici, à la campagne…

3/J’aimerai qu’il y ait moins de gens qui se croient quelqu’un et moins de gens qui se détruisent. J’aimerai que le conflit syrien cesse et que ces gens puissent rentrer dans leur pays

4/Ici, je me sens heureuse, je vis dans la maison ou vivait mes parents, ma mère y rassemblait toute la famille. A mon travail aussi, dans ma famille aussi…

1/Une femme qui est enseignante et en même temps fille de fermier et fière de l’être, heureuse ( française)

2/ I am happy to live in this town in the countryside where people are open, here we have lots of green…

3/ I’d like to see less people believing they are someone important and less people destroying themselves… I’d like the Syrian conflict to end so that people could go home.

4/ Here I feel happy, this is the house where my parents used to live, my mother used to gather all the family. I also feel happy at my work, with my family…

1/ I am a woman that is a teacher, the daughter of a farmer and proud to be who I am ( French person from Grande-Synthe)

 

2/ Ici, c’est l’intensité du moment présent qui est spécial et l’incertitude du futur

3/Que les gens soient plus dans l’ « être » que dans l’ « avoir », se satisfaire de ce que l’on a et chercher à créer plus de liens humains…

4/Quand je sens de l’harmonie, quand il y a la paix à l’intérieur de moi

1/Un passant qui veut faire une différence

2/ Here is the intensity of the moment that is special and the incertitude of the futur

3/ I would like people to be more in the “being” than the “having”, and that they would be satisfied with what they have to rather try to make links with the people

4/ When I feel harmony and when peace is inside me

1/ a passing person that want to make a difference

 

2/ In the jungle, I don’t like anything here. Here, there is no gouvernement but I feel more protected than in my country… In Iran, I could have anything except my freedom. Here, I am free…

3/ I can’t change the people, I can only change myself. I want to know more about life, about everything… This is forbidden in Iran… There, we have to think like the gouvernement otherwise, they beat us… They can do whatever they want with our lives…

4/ The day I will see my father again, I will be very happy.

1/ I am a human, I come from Iran, I am 17…

 

2/ la tranquillité

3/Les mentalités, dans mon pays, j’aimerai qu’il y ait plus de respect envers tous le monde, améliorer l’éducation, arrêter l’hypocrisie de nos décideurs…

4/ tout le temps

1/ Je suis moi ( CRS )

2/ The tranquility

3/ The mentalities in my country; I would like to see more respect toward everybody, improve the education and stop the hypocrisy of the politics

4/ All the time

1/ I am me ( a french policeman in Calais from the south of France)

 

2/ les gens, les personnages qui habitent les espaces, leurs sentiments.

3/les mentalités, plus de tolérance car l’intolérance est la base de tous les affrontements

4/ Quand j’arrive à faire sourire les autres, mon bonheur est lié au bonheur des autres, c’est quelque chose qui se partage, si je sens la réciprocité du bonheur, alors je peux être heureuse, sinon, je ne peux pas l’être…

1/ Une autre parmi tant d’autres ( française)

2/ The people that live in these spaces, their feelings

3/The mentalities, more tolerance because intolerance is the base of all fights

4/ When I manage to make others smile, my happiness is linked to the happiness of others, it is something that needs to be shared, if I feel the reciprocation of the happiness then I can be happy, otherwise I can’t

1/ One in the middle of many others ( French volunteer)

 

2/ Une extraordinaire synergie, des personnalités charismatiques, des rencontres interpersonnelles, des rencontres enrichissantes ( autour de l’écriture), il se passe plein de choses, du soutien. Mon atelier, un groupe de paroles sur les difficultés, une manière de les encourager sur leur parcours (un échange énergétique dans les deux sens…) Je viens ici et je repars en ayant reçu une leçon de vie. Je rencontre des gens courageux…

3/ Olala, il faut une révolution pour empêcher les très puissants financièrement de continuer à foutre le monde en l’air… Il faut qu’un ordre des choses cesse ( autour de l’énergie fossile, du pétrole) que les raisons d’une partie de monde d’exploiter l’autre cesse pour avoir des rapports égalitaires…

4/ Je t’en décris un : hier, j’ai vécu un moment énergétiquement haut… Deux femmes qui distribuaient des « free hugs » sont venues dans la jungle. L’énergie échangée est l’un des territoires ou l’on aimerait rester. Ces guérisseuses sont extrêmement importantes, elles prennent soin de l’énergie et de la bonne santé énergétique des gens ( comme les amérindiens et les celtes, elles ont un autre rapport au sacré, au mystère…

1/ Je suis fragilité et je suis puissance ( belge)

2/ An extraordinary synergy, charismatic people, very rich meetings (with my writing project here), lots of things happen, lots of support. My workshop : a group that can talk about their difficulties, a way to give support on their journeys ( energy is exchanged both ways). I come here and go back having received a lesson of life. I meet very courageous people…

3/ oh la la , we need to make a revolution to stop the very powerful rich from destroying the planet. We must stop a way of life based on the use of petrol so that the exploitation of the people stops and we have more equality in our relations…

4/ I will describe you one : Yesterday, I experienced a very energetic moment… Two women were distributing free hugs in the jungle. The energy that was shared is one of the states where I would like to stay… Those healing people are very important. They take great care of the energy and the good health of the people (like the Native Indians and the Celts, they have another relation to the sacred space, the mystery…

1/ I am fragility, I am strength ( volunteer from Belgium)

 

2/ I don’t have one place, I stay where my friends are, I don’t stay alone. Syria is the place where I hope to go back. My town, Homs, was completely destroyed… A city with no people isn’t a city anymore…

3/ I studied politics, I hope to see a change ; no more political war. The world is fighting in my home land. I want those politics to change and to let the people live.

4/ I am happy when I re-meet someone I haven’t seen for a long time, someone I love ( family, friends)

1/ I am Amar from Jungleye ( link   ), I like people, I don’t like lies, I am lost in the jungle, I don’t know what to do… ( from Syria)

 

2/In Syria, the tradition, the culture and the generosity of the people is special

3/ I would like the war to stop, then, I could go back to Syria, a peaceful country

4/ I am happy in friendship

1/ My name is Arhmed, Aïssa “Abouskander”, I love working, and going out at night with friends. I like spending my money with friends and meet new people… ( from Syria)

 

2/ Suffering… I feel warm because of the help of the volunteers but I feel terrible and I have a headache because I feel I am nothing, I feel I am dying, I feel I have lost everything…

3/I read a lot about United Nations, human right and I believed in this but we were forced to leave the place I was - I had become satisfied with my life after three years in Libya. But I was forced to leave for security reasons… I have no other choice than going to the UK to be able to support my family ( sister and parents) Why am I stuck here? According to the rule of the United Nations, I am allowed to apply for asylum in the UK. But even here, money is the power, I have no money so I cannot go to the UK… England can afford to welcome us but I am rejected here because I am poor…

4/ When I get a job, when I am stable… I feel safe, then, I can go further in life…

1/ right now, I don’t know. I have no citizenship, I don’t know where I belong… ( refugee from Soudan)

 

2/ In my homeland, I don’t have the right to go to school, to work, to get to the hospital…

3/ Just peace in the world

4/ When I see my family, the day I will arrive in England…

1/ Dari, Bedouin from Kuwait.

 

2/ Warmth, comfort, food and the person I love

3/ People, their relationship with the earth, themselves and each other…

4/ Happiness is having the time to see things that are around us. For example : having the time to watch a spider making its web, notice the things you miss when you go too fast…

1/ I am the universe, in the sense of what I am : a body, a man, a physical being part of the universe. I am something that the universe made as a wave is something that the ocean made… But also, just a man. (English)

 

2/ here, it is this school, a safe place in a refugee camp. I am happy to see the people coming to school. If I have enough teachers, I go and get the kids and they are so happy to learn languages, English, French…

3/ A change in the world? Here is the Jungle, everybody wants to get to the UK. I would like the UK to face their responsibility in this problem…

4/ When I am with my son, he always makes me feel happy.

1/ Marco a volunteer from Kurdistan ( living in the UK but volunteering here for 7 months)

 

2/ Le sourire

3/ Le monde doit changer, comme ici, nous avons transformé une jungle en lieu de vie. J’aimerai que l’on s’inspire du temps de nos ancêtres que l’on construise au lieu de faire la guerre et que l’on arrête d’avoir peur des gens barbus. Que les gens acceptent leur origine, ils viennent tous de quelque part. Les Calaisiens aussi, ils doivent sortir et nous rencontrer. Si tu ne connais pas ton origine, comment peux-tu savoir ou tu te positionne dans la nature… Si tu oublie ceux qui t’ont donné la vie, ton bateau coule… Moi, je connais mon histoire, celle de mes ancêtres et je l’aime… C’est comme les amérindiens, ils étaient là bien avant l’arrivée de Christophe Colomb, ils n’avaient pas attendu les blancs pour créer un lien avec la nature, une culture riche et un amour des autres…

4/ A l’église

1/ Zimako, créateur de l’école dans la jungle, un homme très ambitieux pour un changement partout dans le monde. ( Nigeria )

2/ the smile

3/ The world must change, like here, we have transformed a jungle into a living space. I would like that we take inspiration from the time of our ancestors and build instead of making war and that we stop being afraid of bearded people… People must accept their origin, they all come from somewhere. Calais people also must go out of their home and come to meet us… If you don’t know your origin, how can you know your position in the nature? If you forget about the people that gave you birth, your boat is sinking. Me, I know my history, the one of my ancestors and I love it. It is like the native people from America, they were there before Christopher Columbus came, they didn’t wait for the white to come to create a link with the nature, a rich culture and a love for the others…

4/ In the church

1/ Zimako, creator of the school in the jungle, a very ambitious man for a change everywhere in the world ( a refugee from Nigeria)

 

2/ Food is special

3/ Only democracy and freedom everywhere

4/ I feel happy all the time but the real happiness is in the heaven

1/ I am human ( refugee from Ethiopia)

 

2/ I stay in the blue tent in the jungle. We avoid the rain but it is cold, and we have no shower, no electricity, only a shelter for us and our bag and the closeness of our friends…

3/ As I don’t have any family ( they were killed in an accident), I would like to see all people being kind to their family… No war, help the others and don’t use any bad products for your body (cigarettes or anything else…)

4/ I like sport, I am a wrestler so I feel happy when I am wrestling. I think I will feel very happy the day I will see my uncle in Glasgow, he is my only family… I also feel happy when I do something for others and I can see their smile. Today, for example, I gave my shoes to someone and he was happy so I felt happy wearing my old shoes with big holes…

1/ I am Shaeen, I could have so many things to say to explain who I am that you wouldn’t have enough time for them… (Iran)

 

2/ I live in the jungle near the library called “Jungle books”. Here, people come to shut their minds, they come to French lessons, English lessons, music class, photography projects… I have been here for 10 months ( 8 living in a tent and 2 in a wooden shelter)

3/ respect and humility… We left our country to come here to get a better life. But here, we don’t see respect. The police beat us, they spray gas or shoot bullets at us… And we are called refugees…

4/ I love to chill out with my friends, music makes me happy too, it relaxes my soul. Reciting the holy Koran and praying makes me feel good too.

1/ I am the same as you (you are human and I am human ( we eat, sleep…)) but the difference is that I am from Asia (refugee from Afghanistan)

 

2/ C’est un lieu où je me sens bien parce que c’est chez moi, que je l’ai choisis.

3/ Y’a du boulot sur tous les terrains pour diminuer la misère

4/ Relativement souvent, en vacance surtout car je n’ai plus aucun soucis…

1/ Pas grand-chose, un petit quelque chose… ( CRS )

 

2/ Here, there is nothing special… I don’t like it here, it’s not a good place to live… We feel like chickens in a box… Iran was the perfect place to be (with friends, family...) I love my country, my culture, but without the government…

3/ No war, no bombing, no religion… Peace

4/ Having a job, a girlfriend - it’s forbidden to even see a girls hair in Iran – money, just a normal life…

1/ I am a normal person, like anyone, I want to live in peace having normal human rights, love, being loved…

 

2/ Ce qui est special ici, c’est moi. Je reçois le soleil chacun matin et je peux partager mon sourire avec les gens.

3/ Les yeux des gens. Ils ne sont pas bien connectés avec leurs cerveaux. Ils ne voient pas la réalité des choses. Voir sans rien faire pour changer, ce n’est pas voir…

4/ Maintenant

1/ Une femme qui s’appelle Maria et qui, comme son prénom, est universelle…

 

2/ I live in London, the diversity of the place, people from all around the world. I am not from UK, I am from London, from a place where you find people from everywhere…

3/ That is really difficult. Respect of the diversity but equality between people.

4/ Much recently, when I heard that 2 of our boys ( minors) where going to the UK, thanks to our work at the legal center.

1/ I am a Colombian Londoner, human right advocate

 

2/ possibilities I suppose, after being in the jungle and seeing people stock, I realize how much support I have (financially, security, facility…) Having that, I have the possibility to think about how I want to live my life as a person… Sometimes, I feel like an island among the people that surround me… But actually, I have so much possibilities and possibilities are illuminated by the incredible people that I have where I live.

3/ An awaiking of an awareness of the necessity of a deep deep connexion. When I know that the essence of who I am, what I am is the other, and anything, anyone that I treat carelessly, I am hurting myself because we are part of the same essence. From that connexion, only love can grow for our self and each others.

3/ when I come close to connexion (it can be learning a song from a migrant culture, getting a sence of the feeling they have for the place they love and they have left. It might be watching someone finding joy in doing something they didn’t believe they could do… That might be when I stop for long enough to receive nature deeply and understand that she is glad to receive me also…

4/ Hum, that is my path to keep asking and finding. I am something way more that who I think I am… The time when I can most identify of who I am is when I am not talking, but just feeling and listening and that is something to do with the spirit…

 

2/ In this place, anything can happen: violent people, police people… But we can’t say anything. I always think “ tomorrow, I will be in the UK” but I have been 10 months here… Here, you can find a few bad people ( coming from a very hurt place…) Your personality is created in the place where you live your childhood. If you see dead people, what can you become?

3/ It will never happen, the world is a small village, we speak about humanity. I am human, so I should choose the place where I should live. Media is to powerfull. Komeni came from France to Iran, before that, Middle east was a very safe place…

4/ You know the right place, my face is smiling, it is an image that I like. In Iran, I was never happy because there is no human right. It is too stressfull, hopefully, in UK, I will be able to be happy.

1/ If you don’t do something to make the world a better place, then, you are no-one. Here, I am a shadow of life ( breathing, eating, sleeping, spending money… ), in my country ( Iran), everything is decieded by the gouvernement, we are just robots.

 

2/ At home in Syria, everything is special: it is home, sweet home, generous people. You could ask for anything ( food, place to sleep…), you couldn’t be lost in Damascus…

2/ I would like that every human being could respect each other as a human being.  

3/ When you find that your little child is learning something new… Whatching your child growing up…

4/ I used to be a human being, but now, I am nothing.

 

2/ Pues, la desigualidad, no entiendo porque unos tienen que tener tanto y otros muy poco y normalisarlo… Tanto las personas como las plantas o la naturaleza. No respectamos esos seres…

3/ Madrid, lo que me gusta es la cercanía de la gente ( la gente le gusta el contacto físico, preocuparse de ti)

4/ Cuando estoy trabajando con mi niño (en la escuela), jugando, reiendo, porque creo que no están contaminados con lo malo de este mundo todavía.

1/ Soy una persona que quiere ser feliz y que los demás lo sean porque igualmente me hace feliz…

 

2/ Ce qui est spécial ici, c’est que d’autre y ont vécu avant moi. Donc, de part les contraintes de l’époque, ils devaient s’adapter au milieu ( couleur des tuiles, matériaux…) Le seul aurt quils aient, c’est l’art des proportions. Ici, nous sommes sur un terre d’histoire. Tout en sentant la présence de la mer, il y a le tourment du vent.

3/ La même chose que martin Luther king : que les enfants des esclaves et de ceux qui furent leurs maitres soient assis à la table de la fraternité et partagent le même pain. Et s’il est difficile de comprendre ce qu’est Dieu, il est si facile de comprendre ce qu’il attend de nous… Ce qu’il me reste à comprendre, c’est pourquoi est-ce si difficile de mettre ces valeurs en pratique alors qu’elles sont si faciles d’accès… Il y a une identité totale entre un objectif et la manière de l’atteindre… Que l’on comprenne que l’essentiel n’est pas dans ce que l’on regarde mais dans la façon de le regarder… Que l’on comprenne que cela est accessible…

3/ Il y a quelques minutes, la lumière du jour m’a paru matière réelle.

La beauté devant, derrière, dessus, au dessous, au dessus, fasse que je marche… Pas un seul cheveux de ta tête ne t’es indispensable… Dans des moments de contemplation, je ne faisais rien et pourtant, ce sont les moments ou je me suis senti le plus utile au monde… Le monde est avec moi et je suis avec lui…

1/ Question difficile… Je suis un être qui essai d’être un enfant de Dieu. ( Dieu comme si tout était Dieu) Avec des instants forts, des instants moins forts, tous les talents, les dons sont faits pour être partagés, ils sont reçus… Ils nous ont été transmis pour que nous les transmettions… Dons, je suis un petit élément qui a encore des progrès à faire, l’archétipe du tempérament mélancolique… Je me défonse seulement pour l’autre, seul, je n’ai pas de motivation…

 

2/ Ici, nous avons construit ce qui semblait un idéal pour nous (avec des éléments naturels, des éléments les plus proches de nous…). Petite, j’ai vécu en ville et je savais que je n’y resterai pas. A mes 15 ans, j’avais dessiné la maison de mes rêves et j’y suis… Ici ( dans le nord de la France), c’est un peu plus facile de rentrer en contact, de créer des liens… J’ai l’impression de vivre dans un rêve concrétisé mais j’aurai souhaité que ces envies soient partagées avec les gens autour…

3/ Peut-être un peu plus d’aide entre les gens. Repérer les talents des uns et des autres, casser le modèle des parents tout puissants mais avoir la possibilité de trouver des guides spirituels, guides qui aident à passer au dessus de nos défaillances… On s’obstine alors que les situations ne sont pas si graves… J’aimais bien quand chaque culture avait son originalité, j’aimerai que l’on conserve plus d’identité régionale. Revenir à plus d’identité car le modèle occidental est partout…

4/ Très spontanément, plusieurs expériences inattendues. Des moments en famille, les enfants ont imaginés une veillée spontanée, je suis posée sans tracas. Pendant quelques minutes, tous les êtres sont rassemblés dans un esprit de partage… Un enfant qui décide de faire un cadeau… J’ai aussi vécu une expérience mystique, je me suis réveillée pendant la nuit et j’étais accompagné, emplie d’un sentiment de paix, je n’avais plus peur de rien…

1/ un être humain parmi les autres avec une mission à mon insu ( avec mes défauts, mes qualités). Etre là pour aider les autres à traverser comme d’autres sont là pour m’aider…    

 

2/In Kurdistan, culture is very special : community, dress, clothes, music, life style. Here in Europe, Education is very special and green ( trees) also…

3/ Just to see the truth. No more lies using the word “democraty” and cheeting… I am searching for human right and I can’t find them anywhere…

4/ It is hard to be really happy if you have empathy for others… Too many people are suffuring in this world. My father is fighting Daech and I lost two cousins… The day we will have our country named “Kurdistan”, then I might feel happy…

I don’t have any kingdom. My kingdom is my peace and I will never give up…

 

2/ ici, à Calais, c’est le potentiel de mixité culturelle et sociale ( calaisiens, migrants, des gens qui sortent et d’autres qui vivent dans leur bulle, plusieurs villes dans la ville qui se croisent et se mélangent)

3/ L’ouverture des frontière, moins de guerres, moins de religions…

4/ Sur la mer avec mes enfants et mon mari.

1/ Une femme, enseignante, maman, lectrice, curieuse…

 

2/ here, everything is special. I have been living in the jungle for 5 months. Conflicts of culture which are different and similar… heartbreaking ways and warming ways. The coming together of different people ( capacity, differences)

I live wherever I am. That is hope. Here is a fountain of knowledge and a fountain of ignorance…

The capacity of people to teach and to be thought… The patience to have with oneself and the others… The sacred moment just to be with nature…

3/ Changes to begin. My main home is Europe but it stagnates because of fears. And it is the fear of the others. The fear that need a mother to hold you… The kind of fear that should be face by being patient and accepting what change brings… Just the east and the west coming together a little bit more (even if silence is the only way…)

4/ I felt happy in the tent the day everybody sang, people from all over the globe celebrating someone they didn’t know, celebrating humanity…

1/ I am Azel, I do a lot of things

 

2/ Là ou je pose mon camion, je vois des étoiles le soir avant de m’endormir. J’entends les oiseaux le matin au réveil. Je m’endors rarement au même endroit et je suis libre. Et ma maison, elle fait sourire les gens.

3/ Que le monde soit juste, que chacun puisse avoir assez pour vivre… Que l’on donne plus d’importance à nos élans intérieurs, à l’entraide, au jeu, à la nature… Concrêtement : que toutes les belles choses nous permettent d’ouvrir les yeux sur la manipulation qui nous fait avoir peur les uns des autres et du monde dans lequel on vit, qui nous fait maintenir un système qui n’est pas bon ( ni pour les hommes, ni pour la planète )

4/ Quand je regarde passer l’eau et quand je sens le vent sur mon visage, quand j’échange un sourire avec quelqu’un…

1/ Une petite particule de l’univers…

 

2/ La Côte d’Opale est magnifique est je m’y sens bien. Elle est vallonnée et mon village est le paradis des randonneurs et des VTTistes. Je ne pourrais pas m’éloigner de la mer. Et j’aime la proximité avec l’Angleterre. Ma région est la plus pauvre de France mais les gens du terroir sont chaleureux. Les gens qui quittent la région y reviennent toujours.

3/ Cette notion de frontière me dépasse, qu’ « être né quelque part » soit une fatalité et je comprends bien les soucis économiques que ça pose aux pays. Mais cette mentalité de oser dire « on ne peut pas partager, on n’a pas de place » venant d’un pays développé est écœurante.

J’aimerais que les européens arrêtent d’être égocentrés…j’aimerais que les gens respectent notre terre et en prennent soin…J’aimerais que les peuples s’écoutent et vivent ensemble au lieu de se battre à cause de leur religion ou de terre…bref, je suis utopiste…

4/ « Le sens de la vie n’est que celui qu’on lui donne. »  Toi seul choisis le sens de ta vie, même si tu ne rentres pas dans les clous de la société.

Alors mon bonheur actuel est d’essayer de me poser un objectif et défi chaque année. L’année dernière a été cette rando de 100 km et de me mettre un peu à la course à pied. J’ai aussi participé à un triathlon avec mon mari et mon beau-frère. J’ai nagé avec des compétiteurs et fini bonne dernière (en fait je l’avais très mauvaise). Cette année a été de m’investir comme je pouvais dans le camp de réfugiés, j’aimerais tellement y être plus présente, et plus futilement manger des insectes comme le font plusieurs milliards d’habitants^^

Et le bonheur absolu est de partir en vacances avec les enfants et la famille, notamment mon beau-frère et de partager l’apéro et une bonne partie de tarot ! Ces moments en famille me comblent. Je n’attends que ça.

J’ai eu des moments inoubliables avec les gens que j’ai rencontrés en Afrique du Sud, où comme toi j’ai rencontré des gens de tout horizon, c’était magique !, mais ne plus les revoir est un crève-cœur, comme mon directeur qui me logeait tous les weekends, breton lui aussi, on a à peine pu se dire au revoir parce que mon avion avait été avancé, j’avais dû partir précipitamment. Je ne l’ai jamais revu, à part quelques nouvelles par mail mais c’est un homme et il a autre chose à faire ! Il termine en ce moment un séjour de 3 ans à Calcutta. J’aimerai tellement le revoir en chair et en os. Mais question que tu as du te poser, est-ce la même chose ? Moi je serai la plus heureuse, mais lui ?

1/ Je m’appelle Elsy, je suis enseignante et bientôt 36 ans. Peu bavarde, j’avoue qu’il est bcp plus facile pour moi de me raconter dans une correspondance^^ Je suis une hypersensible, tj à fleur de peau, assez solitaire. Solitaire parce que j’ai du mal avec la vie en société actuelle. J’ai bcp de copines de travail mais très peu de vraies amies car j’ai l’impression de ne pas fonctionner comme eux. Je ne suis pas matérialiste, me moque d’avoir de beaux meubles ou un beau téléphone; et surtout je ne supporte pas l’indifférence des gens. L’indifférence face à ce qui se passe à quelques kilomètres de chez eux. J’ai tellement l’impression d’être en décalage. Quand je vais au camp, c’est peut-être égoïste mais je me sens tout simplement humaine. Je veux partager du temps avec eux, les écouter et faire sourire les enfants. Je respire.

Ce que je refuse, c’est de partir de cette vie sans m’être rendue utile. Je refuse de profiter de ma belle vie si je n’ai pas les moyens d’aider les autres. A 18 ans j’étais bénévole aux restos du cœur, maintenant je peux aider un peu au camp mais j’espère pouvoir faire plus dans l’avenir.

Passionnée par l’anglais (J’en ai des origines très lointaines, mes ancêtres ayant immigré à Calais pour travailler dans la dentelle.), je me destinais à la traduction littéraire ou cinématographique mais en licence je voyais bien que je ne faisais pas partie de l’élite et vivre en ville ne me convenait pas de toute façon. Alors je pensais plus aller vivre à l’étranger dc j’ai passé une licence puis une maîtrise FLE qui m’a permis d’aller 5 mois en Afrique du sud, voyage que j’aimerais bcp te raconter dans un prochain mail. J’ai adoré travailler pour l’Alliance française. J’aurais voulu continuer, je voulais vivre en Nouvelle-Zélande^^ mais on m’attendait en France et maintenant je vis au calme à la campagne avec mes 4 hommes. J’ai construit une belle famille et viendra le temps où je partirai retravailler pour les alliances françaises ou une organisation humanitaire, type enseignant sans frontière, ou Planète Urgence.

Je suis amoureuse de la nature, être sur un chemin de randonnée, en forêt, en bord de mer, et n’écouter que le souffle de l’air, les oiseaux, m’allonger dans l’herbe. J’adore essayer de nommer toutes les fleurs sauvages, les oiseaux. (Je ressens totalement ton bonheur quand tu t’es appuyé contre un arbre à Ushuaia) Alors depuis l’année dernière, on a décidé de partir une petite semaine sans les enfants pour marcher. Mon plus beau cadeau a été mon SAC A DOS^^Cette année nous marchons sur le GR5 et j’espère qu’il n’y aura pas trop de monde. Je veux juste entendre le son de la nature.

Je suis pessimiste sur les hommes ; les infos du soir me retournent le cœur. C’est pour cela que j’ai besoin de travailler avec les enfants, surtout de 5-6 ans car c’est un bonheur de les écouter, de les voir être si curieux de tout ! Si je peux les imprégner d’un peu de respect pour autrui et leur faire comprendre la beauté de notre nature et la nécessité de la protéger, c’est déjà ça…alors moi aussi je m’accroche à un dicton « Il faut croire en l’homme malgré les hommes. » « Il faut croire en l’avenir malgré le passé et en Dieu malgré ses absences. Sinon la vie ne vaudrait pas le coup d’être vécu. » Elie Wiesel. Mais surtout à travers les enfants ! Dans un tour du monde, j’aurai voulu surtout voir le regard de tous ces enfants.

Je n’ai jamais été aussi fière d’être française qu’à l’étranger ; alors qu’en France, je me sens plus citoyenne du monde, surtout au camp, et la mentalité française me dérange souvent. La vie en Europe va trop vite, on doit tj tenir un rythme. Heureusement nos 2 mois de vacances nous permettent de respirer et quand les enfants seront grands, je compte bien en profiter pour de plus grands projets… le film « into the wild » m’inspire beaucoup, couper toutes nos cartes, revenir au fondamental même si je sais bien qu’on ne peut plus se passer de la consommation. Aussi le cosmopolitisme de l’Afrique du Sud me manque bcp, surtout dans mes petits villages où la vue d’un migrant terrorise. Etre la seule blanche me manque^^L’aéroport de Roissy m’a semblé tellement pâle par rapport à celui de Johannesbourg !