Shangai - 12/10/2003

Le continent asiatique est traversé !!!

Ca y est, après avoir été soigné à Xi'an, j'ai finalement réussi à reprendre la route en auto-stop pour atteindre Shanghai. La joie et l'émotion étaient très intenses en marchant dans les rues de l'une des plus grande villes de Chine. Je repensais à tout ce chemin parcouru, les moments de joie et les moments plus difficiles... Bref, je savourais l'arrive au bout d'une longue route.

Shanghai:


Ville de 14 millions d'habitants. Le soir de mon arrivée, des étudiants rencontres le jour même, m'ont amené dans la partie la plus touristique de la ville. J'ai eu l'impression de faire partie d'un film. Apres avoir enchaîné plusieurs nuits à la belle étoile dans les campagne chinoises, voyage avec les routiers chinois, les lumieres de la ville, les immeubles de plus de 30 étages illuminés étaient un spectacle fascinant.

Depuis, je découvre une ville de tous les extrêmes. Dans la même rue, il y a des restaurants aux prix faramineux et les petits restaurants traditionnels ou je mange un plat de nouilles pour 4 yuens ( 0.5 euros). En Chine, 9 yuens=1 euro.

De nombreux étrangers ( du monde entier) vivent ici, ils côtoient les riches chinois mais aussi des gens très pauvres. Certains paysans quittent les campagnes pour tenter de trouver un travail en ville. Beaucoup d'entre eux mendient avec leurs enfants dans les bras. La tête d'étranger est une promesse de don d'argent. Comme toutes les "têtes de riches", je suis hyper sollicite.

En côtoyant de nombreux français, je découvre aussi les avantages et les inconvénients de la vie d'expatrié. Ces européens, américains, australiens etc... travaillent surtout dans le commerce ou l'enseignement. La Chine ( et ses 1.3 milliard de personnes ) est un marche gigantesque pour les produits étrangers, elle offre aussi une main d’œuvre bon marche pour les entreprises étrangères.

Echanges:


Lors de mes déplacements dans l'Est de la Chine, il m'est assez difficile de communiquer avec les chauffeurs. Trouver un endroit ou dormir ( un terrain ou mettre mon matelas pour passer la nuit) n'est pas chose aisée. Certains chinois ont peur de moi le soir, les paysans ne peuvent pas toujours lire la lettre de présentation en Chinois que m'a écrite un étudiant de Xi'an.

J'ai fait part de mon expérience et de la culture bretonne aux étudiants chinois de l'alliance française ( organisme qui enseigne le français dans 140 pays étrangers). Nous avons même danse l'andro dans les couloirs.

J'ai aussi rencontre les élèves de primaire du lycee francais. Les CP ont fait de superbes dessins des Korrigans et des sorcières de mes histoires.

L'échange avec les troisièmes du lycée français s'est fait en anglais ( questions-réponses), ainsi que la légende que je leur ai racontée. C'est vrai que sans maîtriser l'anglais, ce voyage aurait été impossible. Cela me fait tout drôle de partager l'aventure alors que je suis encore dedans. Ce n'était pas facile car je n'ai pas de recul sur ce que j'ai vécu.

J'ai appris qu'il y avait deux filles françaises (Joséphine et Servane) qui ont commencé un voyage, elles aussi à la rencontre des enfants dans les différents pays. Voici leur site www.aporteedemains.com . Vous pouvez y jeter un oeil. Elle feront le portrait d'un enfant de chaque pays. Notre façon de voyager est différente mais l'esprit reste le même: "découvrir les hommes et leurs cultures et réaliser quelque chose de positif avec eux". Vivre le présent en semant des graines pour le futur.

Des trucs dont j'ai ras le bol:


Tant de chauffeurs de tous les pays jettent leurs déchets par la fenêtre. Dans chaque pays, les hommes ne pensent qu'a l'argent, à leur propre plaisir et profitent de la nature ( sans la respecter). Quand ils ne polluent pas leur pays, les hommes polluent ceux des gens plus pauvres. C'est décidément l'argent l'origine de toutes les actions des hommes ( guerres, tensions, relations amicales...). Voir que les hommes pourrissent la planète devient de plus insupportable.

Et l'homme veut toujours plus et mieux, que faire??. Quel triste destin que celui de cette planète.

Anecdotes:


-Le marchandage pour acheter quelque chose en Chine  ( T-shirt, pellicule  photo, fruits) fait partie des mœurs. Si on ne le fait pas, les Chinois profitent de notre naïveté et le prix peut être multiplié par 5...

-Les jeunes chinois sont extrêmement friands d'ordinateurs et passent des heures devant les jeux vidéos (le café Internet dont je vous écrivais de Xi'an, comprenait 450 ordinateurs constamment occupes, les prix de la connexion varient de 1 à 4 yuens de l'heure selon les endroits). Ce soir, en vous écrivant, je baigne dans les bruitages de combats que font mes voisins d'ordinateur. iaaaaaa, woooooooo, chaaaaaaaaaaa aaaaaaa a... Y'a des Bruce Lee partout...

-Vendredi, dans le métro, j'ai essaye d'accompagner avec ma flûte un joueur de arhu ( instrument traditionnel chinois) qui était aveugle. Il a été très surpris en entendant ce second instrument, et les passants ont apprécié cette scène d'amitié.

-Coïncidence, les deux filles voyageuses dont je vous ai parle précédemment se retrouvent sur Shanghai en même temps que moi, je les ai même rencontrées pour échanger des idées.

-Hier j'ai revu un chinois rencontré il y a 1 mois et demi. Xuhai habite Shanghai, il m'avait pris en stop dans une voiture Citroën à l'ouest de la Chine alors qu'il faisait des tests de fiabilité de cette voiture en altitude.

-Servane, une élève de CE du lycée français qui a entendu que j'habitais près de St Brieuc me dis, "ma mémé habite Quintin", je suis surpris car la mienne habite St Brandan, le monde est petit !!!

Alors samedi 11oct, j'ai pu déguster du saucisson sec et écouter Brassens en racontant mon voyage à toute la famille de Servane installée depuis 1 mois en Chine.

-Un prof très sympa de l'alliance française m'héberge ces jours-ci. En ce moment, je savoure les douches chaudes. Je peux même utiliser une machine à laver, un luxe dont je m'étais passé pendant ces 4 mois vécus en Asie. Attention, je me rends compte que je me réhabitue très vite au confort et que cela devient difficile de le quitter....

-A l'école française, je danse l'andro avec les élèves de grande section. A ma droite il y a un garçon Argentin, un japonais, et une indou à ma gauche une africaine, une chinoise et un français. En raison de l'essor de Shanghai, 37 nationalités sont représentées à l'école française.

Je vais donc poursuivre la route...


La liberté pose aussi des problèmes, elle fait peut être même peur à certains. L'inconnu du changement...

A Shanghai, je me suis préoccupé de la suite de mon voyage. Plusieurs possibilités s'offrent à moi...

Mon prochain message vous dira laquelle j'aurai finalement choisie...

Samuel.