Balkans - 25/04/2003

Un bout de chemin dans les Balkans

Je me suis dit qu’il serai bon de passer dans une école de chacun de ces pays (Croatie, Bosnie Herzegovine, Serbie) qui ont connu cette guerre (a laquelle je n’avais jamais rien compris). Cela m’a permis mieux connaître ces gens de cultures différentes et d’essayer à  nouveau de les réunir (a ma façon symbolique).

Ces trois pays parlent la même langue (slave), ont le même Dieu, seules les religions les séparent…

La route:

De Novska en Croatie, je me suis dirige vers Banja-Luka, Dodoj et me suis arrete dans un petit village musulman Donja Orahovica pres de Tuzla en Bosnie-Herzegovine. Je me suis ensuite dirige vers Belgrade en Serbie, c’est à Zrenjanine(dans le nord du pays) que je me suis arrete pour rendre visite à des ecoles serbes. Depuis hier, je suis en Roumanie (dans un village nomme Jimbolia pres de Timisoara). C’est de Jimbolia que je vous envoie ce message.

Cette guerre en ex-Yougoslavie :

Ce que j’ai ressenti en discutant avec les habitants de ces pays, c’est que cette guerre a tout détruit ( matériellement et socialement).  Cette guerre a ete déclenchée par les hommes politiques (intérêts financiers) qui se sont servi de la télévision pour relayer leurs idées et monter les habitants les uns contre les autres. Les Serbes (chrétiens orthodoxes), les  musulmans et les Croates (catholiques) se sont tour à tour affrontes puis allies dans une guerre absurde. Finalement, la Croatie et la Serbie sont indépendantes tandis que la Bosnie-Herzegovine est composée de Republica serbsca (serbes) et de la fédération (les musulmans et les Croates). La Bosnie-Herzegovine est sous contrôle des américains (Les habitants de ce pays se déclarent colonises).

Beaucoup d’habitants regrettent le passe (et essaient de l’oublier). Du temps de Tito (communisme), tout n’était pas parfait mais les différentes religions cohabitaient et les gens de différentes cultures étaient amis. Le pays était riche et les Yougoslaves étaient les bienvenus dans le monde entier (leur passeport leur permettait de voyager sans problème).


Désormais, beaucoup d’entre eux ont du déménager (j’ai vu beaucoup de maisons de réfugies dans chaque pays), ils ont perdu leurs amis. Beaucoup se sont installes en Autriche, Suisse ou Allemagne ou sont parti (ou songent à le faire), pour l’Australie, le Canada ou les Etats- Unis. C’est pourtant dans leur pays, avec leur famille qu’ils aimeraient trouver leur bonheur.


Les habitants de l’ex-Yougoslavie se sentent pauvres. Pourtant, j’ai visite beaucoup de pays qui me semblent plus pauvres, j’ai rencontre beaucoup de personnes qui possèdent moins matériellement. Pour eux, reconstruire le pays  est très difficile psychologiquement, car ils ont connu un certain standard de vie et  ne réussissent pas toujours à trouver leur bonheur avec moins de pouvoir d’achat.


Ce sont toujours les simples habitants qui souffrent et subissent les décisions politiques et les guerres.

J’ai vu beaucoup plus de maisons détruites en Croatie que dans les autres pays ( ce sont les maisons des Serbes qui ont du fuir ce pays). Je ne veux pas généraliser car je n’ai pas été partout.


Les croates ont l’impression que les américains les ont sauvé. Dans l’école de Novska, j’étais très triste d’écouter les élèves d’une classe qui me disaient qu’ils ne connaissaient aucun chant dans leur langue et n’aimaient pas leur nourriture traditionnelle et me demandaient si j’aimais Eminem ou les Mac Donalds. Que faire contre cette nouvelle culture américaine que la télé transmet? Elle est en train de détruire toutes les petites cultures locales des pays qui ont une longue histoire.

Les serbes sentent qu’ils ont été diabolisés par les médias lors de ce conflit.

J’ai rencontre des enseignants serbes qui, après les bombardement américains qu’ils ont subits, on songe à arrêter d’enseigner l’anglais…

Petit conte:

 

Jeudi 24/04, très ému de laisser ce pays, je traverse la frontière Serbe et marche jusqu’au premier village de Roumanie. Je demande ma route à deux jeunes (20 ans) qui m’invitent à boire un verre. Nous discutons de leur vie au village, de la vie en France, de mon voyage… Je décide de continuer ma route car la nuit approche. Alors que j’attend une voiture qui pourra m’amener vers Timisoara, je discute en allemand avec un vieux Tzigane qui garde ses chevaux. Je vois alors revenir un des deux jeunes rencontres plus tôt:
"Nous t’avons trouve un hébergement pour ce soir, dans le centre pour enfants handicapes, en échange, tu devras juste leurs faire un petit show demain matin…”
Ce voyage est ainsi fait, les gens qui le veulent prennent part à l’aventure.
Aujourd’hui, les enfants ont vécu une matinée très spéciale (Jonglage, chants, danse, discussions…), j’ai passe l’après midi avec les habitants du village, je vous écris ce message depuis l’ordinateur de Mr Le Maire, ce soir je me repose …Demain, avec en tête les sourires de ces enfants Roumains, la route continue vers le 2eme village de Roumanie…

Le village qui m’a accueilli durant ces deux jours s’appelle Jimbolia (12000 habitants), ils ont un site internet ( www.jimbolia.online.ro).


Le maire est intéressé pour un jumelage avec une commune française. Dans  mon prochain message, je vous parlerai de la Roumanie.

Anecdotes :

-Une question me fait souvent sourire :

Que pensais-tu de notre pays avant de venir, tu n’avais pas peur ?, et que pensent les francais de notre pays? …

Pour ma part, je me sens autant en securite dans ces villages de Bosnie que sur le bourg de Ploeuc sur lie.

-En Bosnie, chez Ryad, j’ecoute et voit des bretonnes chanter sur TV Breizh (la chaine bretonne sur le cable)

-Dimanche dernier, en traversant Belgrade à pied, je passe devant le stade de football, L’Etoile Rouge et les Partisans s’apprêtent à jouer leur célèbre derby. Je me remémore un jour de mai de 1991, en me brossant les dents, je versais une larme, Marseille de Papin et Boli  venait de perdre injustement (aux penalty) en finale de la coupe d’Europe contre l’étoile rouge de Belgrade. Je dédies cette anecdote à Dragan Stojkovitch et Yo Le Floch.

-Parfois, les gens me disent qu’ils se surprennent à me faire confiance… Je ne suis pourtant qu’un inconnu et ils me laissent entrer dans l’intimité de leur maison… Bien sur les amis jasent, s’inquiètent, mais il faut parfois arrêter de faire trop attention à ce que pensent les autres…

-Un soir en Bosnie, Ryad joue de l’accordéon, sa mère chante des chants magnifiques puis s’arrête  pour faire la prière du soir à genou sur son tapis tourne vers la Mecque. Ryad ne s’arrête pas de jouer, au bout de quelques minutes, nous recommençons à chanter tous les trois…

-Le seul petit rhume depuis mon départ, je l’ai attrapé en avril, pourtant je le savais: „ En avril… ne te découvres pas d’un fil…”

-Je trouve très triste que les habitants d’un pays de l’ex-Yougoslavie me déconseillent d’aller les autres pays (croates en Bosnie, Bosniaques en Serbie).

-De Serbie, j’envoie un message à un enfant croate qui m’a ecrit à mon adresse E-mail pour lui dire de passer mon bonjour à tous ses profs et les eleves de l’ecole. Et surtout pour lui dire que j’ai été excellemment accueilli par les Bosniaques et les Serbes (contrairement à ce que l’on me promettait)  .

-J’ai recu un message tres tres touchant d’un etudiant Ukrainien qui me remercie de lui avoir prouve que lorsque l’on veut vraiment quelque chose, on peut l’obtenir avec de la volonte et de la perseverance

-En Roumanie, je chante le chant Moldave que m’avait appris une etudiante à Izmail en Ukraine (ils me comprennent parfaitement).

Salut et vive les chantous!!!!

Sam.