Finlande - 17/01/2003

Les retrouvailles en Finlande!!!

Après plus de deux mois de voyage, j’ai vécu(le vendredi 17 janvier) un moment aussi sympathique qu´étrange;

à Turku. En effet, j’ai retrouvé Lionel LeFloch de Ploeuc, qui y passe une année en en tant qu´étudiant Erasmus.

Retrouvailles avec Lionel LE FLOCH

J´ai pu lui faire partager mon voyage, j´avais pas mal de choses à raconter, à lui faire écouter. Il m´a donné des nouvelles de la Bretagne (il est rentré à Ploeuc pour les fêtes de Noël), d´après lui les bretons vont plutôt bien. Je vous rassure( pour ceux qui s´inquiéteraient comme Joceline (sa maman) peut-être lui non plus n´a pas changé !!! J'ai pu profiter des longues soirée avec les autres étudiants Erasmus (les irlandaises et les grecs), de ses grasses matinées quotidiennes (il a la belle vie), du sauna, j´ai même été avec lui en cours et nous avons fait une randonnée sur la Mer Baltique (gelée sur une profondeur de 40 cm) et il a filmé un pêcheur en pleine action. Les étudiants de français ont pu découvrir un petit aperçu de notre culture bretonne car j´ai réussi à les faire danser dans les couloirs de l'université... Ca avait l´air de leurs plaire, en échange, ils m´ont chanté des chansons Finnoises et suédoises. Bref, après ce petit ressourcement de 4 jours, j’étais prêt à découvrir l'hiver dans la Laponie.

Échanges :

En Finlande, je aurai visité 6 établissement scolaires différents: Université d'Helsinki, de Turku avec les étudiants de français. Les écoles de Urjala, Utsjoki, Nuorgam (seulement 14 élèves répartis sur 6 niveaux dans le dernier village de l'Union Européenne) et Kuopio.

J'ai réussi à apprendre une chanson en Finnois (sinisiä punasia ruusunkukia), j'essaie de le faire en saami (Lapon), mais je ne garantie rien…, et je découvre les contes sur les Staalo (Trolls finlandais) et les Guvihtars (sorte d'elfes).

En Finlande, les cours d'EPS sont tous démixés (garçons et filles séparés à partir de 10 ans, cela me semble étrange). Les loisirs évoqués par les élèves varient en fonction des conditions climatiques, ils ont souvent un loisir hivernal (ski, snowboard, hockey, luge, moto-neige, pêche dans la glace) et un loisir estival (comme les nôtres). Certains enfants de 10 ans ne savent pas ou se trouve la France et l`'Espagne sur la carte mais peuvent situer avec précision les pays baltes, la Norvège et la Suède. Par contre, Ploeuc sur lié est devenu le village d’Astérix et Obélix”.

Petit message pour les finlandais qui ont lu l'article dans le journal.

Merci pour vos invitations (chez vous et dans vos écoles), je ne pourrai pas vous répondre individuellement pour m'excuser de ne pas vous rencontrer. Je vous remercie de toutes ces invitations (super sympathiques). Cet article devait paraître après mon départ de Finlande (j'avais insisté sur cela), malheureusement, les journalistes et surtout leurs rédacteurs étaient plus intéressés par leur article que par mon projet et mes idées!!!

En effet, dans cette aventure, mes rencontres se font par le hasard du chemin (elle sont déjà trop nombreuses) et non par Internet (je ne souhaite pas consacrer beaucoup de temps à l'ordinateur, les personnes sont tellement plus intéressantes (chaque message que j’envoi pour le site est un exploit et un grand soulagement, car j’y passe plusieurs heures ).

Mais ce petit malentendu restera une bonne leçon pour moi, et peut-être pour d'autres?

Réflexions par rapport à la France:

Depuis le début de ce voyage, les gens sont surpris de m’entendre parler anglais et n'arrivent pas à croire que je suis Français. En effet, dans chaque pays au moins une personne m'a dit qu'il garde un mauvais souvenir des difficultés de communication rencontrés en France. Les français refusent de parler anglais! J’ai promis de leur dire de faire un effort à l’avenir.

Je crois aussi que la France est le seul pays traversé dans lequel les élèves vouvoient les professeurs.

Anecdotes:

Activités vécues depuis le départ:

Je ne passe pas tout mon temps sur le bord des routes, dans les voitures, les écoles et les maisons

En fonction des rencontres, voici quelques activités réalisées depuis mon départ:

- Déménager un appartement (Autriche)

- - Déblayer la neige devant les maisons (Finlande)

- - Nettoyer la glace pour préparer le terrain de hockey (Lettonie)

- - Brouetter du bois (Pologne)

- - Passer une journée en forêt avec un garde forestier (Pologne)

- - Soigner les animaux dans une ferme (Pologne)

- - Ecrémer le lait (Lettonie)

- Laver mon linge;à la machine (facile) ou à la main... (un peu partout)

- Faire du tandem (Autriche) du vélo sur neige (Finlande)

- balancer Lionel dans la neige (Finlande)

- Faire de la luge (Pologne et Lettonie),

- conduire(Pologne)

- faire une ballade en raquettes avec une femme qui m'avait pris en stop (Finlande)

- Visiter des entreprise de cuisine avec un représentant.

A Turku, les étudiants ont dansés l'andro et le cercle circassien dans les couloirs de l'Université.

A Tallinn, j'ai vu le seigneur des anneaux en anglais sous-titré en estonien et en Russe.

-A Tempere, un homme m'héberge pour la nuit, il commence son travail á 6h30 (il fait encore nuit), il me laisse dormir un peu plus, en partant vers 8heures, je lui laisse un petit mot de remerciement et je ferme la porte.

-A Sodankyla, j’ai rencontré quelques français (parisiens), ils font des essais pour Renault dans ces conditions climatiques très spéciales.

-A Iisalmi, samedi soir, un père de famille finlandais (barbu) hésite puis m’invite à entrer dans sa maison. Une heure plus tard (après que les filles y soient passés), nous étions tous les deux dans le sauna! Respect des traditions!

-Dans ce voyage, je me retrouve souvent seul quelques minutes, dans une voiture avec les clés sur le contact, je constate que les gens me font très rapidement confiance.

-Finalement, c’est de Norvège que je vous envoie ce message, il faisait –36 et la nuit tombait alors, j’ai frappé à une porte dans un petit village, Jvvar (lapon), m’invite à rester (il a traduit des contes Lapons, recueilli des chants et réalise un reportage sur l’utilisation du bois par les lapons). Une fois de plus, j’ai forcé le destin!!

Ce matin est (pour l’instant), le jour le plus froid de l’hiver (à Utsjoki), il fait –40 degrés á Utsjoki, Grande Pensée pour Eléna à Cadiz (Andalousie), seulement plus de 5000 km et 65 degrés nous séparent dans nos différents projets

Bon, le chemin continue, à bientôt!

Samuel (ou Samouli ici!)